RSS

Archives de Tag: Fusion

Une sanction de 200 000€ infligée à un ancien cadre de Korian, et 450 000€ pour un de ses proche.

Une sanction de 200.000 euros a été prononcée pour 2 manquements d’initiés contre un ancien directeur financier de la société Korian par la commission de sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Le gendarme boursier a aussi condamné un proche de l’ancien Directeur Financier, Gérard Damiani, à une sanction de 450.000 euros pour avoir utilisé ces informations privilégiées.

Les faits se sont déroulés entre le 11 septembre et le 12 novembre 2013 dans le cadre de l’acquisition par le numéro un européen des maisons de retraite Korian de la société Medica, puis entre le 24 avril et le 16 juillet 2014 lors de l’opération de fusion-acquisition de la société allemande Curanum AG par Korian.

Il est reproché au directeur financier d’avoir communiqué une information privilégiée sur le projet d’absorption de Medica sous la forme d’une OPE amicale, M. Damiani ayant ensuite acheté 56.160 actions Medica entre le 23 octobre et le 12 novembre 2013. La fusion-acquisition avait finalement été réalisée le 18 mars 2014.

(AFP) Paris, 20 avr 2017

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 avril 2017 dans autres - divers

 

Étiquettes : , , , , , ,

KORIAN : Fusion / CE uniques… Quelles conséquences et quelles perspectives pour 2016

Ce site permet l’échange et la réflexion entre les salariés et le syndicat SUD Santé Sociaux toutes vos remarques sont les bienvenues.

A l’approche des élections dans tous les établissements du groupe * il nous semble essentiel de considérer certaines conséquences de la fusion Korian Medica et de la fusion des IRP (Instances Représentatives du Personnel) sur les conditions de représentation des salarié-é-e quant à leurs droits, leurs conditions de travail, leurs salaires, etc.

  1. La volonté du groupe Korian depuis la fusion tend vers « l’harmonisation ».

    Un joli mot mais en pratique qu’est ce que ça veut dire?

    Cette « harmonisation » s’apparente à un même modèle d’entreprise pour tous. C’est une des raisons des nombreuses procédures en cascades que toutes et tous ont du adopter (souvent dans l’urgence) dans leurs établissements.

    Au lieu d’harmonisation, qui évoque l’harmonie, de bonnes relations et conditions de travail, nous voyons plutôt une uniformisation : des pratiques, des directives, etc.

  2. Les accords d’entreprise (« Dialogue Social », ‘Reconnaissance UES », et l’accord « préélectoral UES Korian ») dirigent selon nous cette uniformisation vers l’ensemble des établissements du groupe et de leurs personnel. C’est à notre sens une négation de ce que chaque établissement peut avoir de singulier, de part son cadre, son histoire, son infrastructure et sa clientèle, pour mieux se fondre, après réorganisations, protocoles, procédures, et autres lissages dans un moule made in Korian. Or ce moule jusqu’à présent n’a selon jamais su prendre en compte les nécessités les plus fondamentales du terrain ni les besoins tout aussi fondamentaux des professionnels de terrain. Au contraire, nous n’avons eu de cesse d’y voir un effort porté avant tout vers la profitabilité (consistant à tirer le plus de profit possible que chaque établissement, de chaque poste et donc de chaque salairé-e).

  3. La rentabilité est normal. Mais les efforts de profitabilité poussifs que nous avons constaté et déplorés ne servent selon nous que les actionnaires et font du mal aux salarié-e-s comme à la qualité. Ces efforts, font reculer de plus en plus la part du social et la part de l’humain. Soignants et non soignants sont de plus en plus confrontés à des cadences et des surcharges de travail qui ne laissent plus assez de place à la relation humaine avec le résident. La course contre la montre et la validation de procédures se font au détriment de la Relation dont le résident est souvent le plus en quête. Sans parler des conséquences de la profitabilité sur le plan matériel côté salarié-e-s comme côté résidents.

  4. La création de CE uniques pour un florilège d’établissements qui n’auraient plus de caractère distinct renvoie à une centralisation des moyens de représentation du personnel calquée sur la centralisation des directives groupes. La perte d’autonomie dans la représentation locale suivrait donc celle d’une perte d’autonomie des directions d’établissements. Plus les décisions et les représentations sont lointaines moins le terrain n’est représenté et moins il a d’autonomie.

Mais l’harmonie-uniformisation aura une autre conséquence indirecte, sur la plan des ressources humaines.

Auparavant, les directions d’établissements qui disposaient d’une autonomie relative quant à la gestion de leur site, étaient de fait responsables de tout et souvent seules fautives en cas d’affaires en justice. Dorénavant, dés lors qu’une politique d’entreprise stricte déciderait de la plupart des marches à suivre, ce sont les directions du groupe et non celles des établissements qui pourraient se voir attaquées et condamnées, que ce soit sur fond d’atteinte au salaire, de souffrance au travail, d’entraves, etc.

Mais ça ne change guére le sort des salarié-e-s.

En revanche, les élections à venir donneront à chaque salarié-é un nouveau cadre de représentation de leurs intérêts. Les conditions développer plus haut ne nous semblent pas du tout idéales pour favoriser le mieux mais c’est à chaque salarié-e de s’emparer des élections à venir pour définir le meilleur cadre possible. Chacun et chacune peut nous appuyer dans notre tâche et peut candidater auprès de nous. Pour nous soutenir et nous aider à représenter le plus grand nombre nous avions d’ailleurs donner la parole aux salarié-e-s sur ce site à travers un sondage anonyme et qui reste ouvert à toutes et tous jusqu’à la proclamation des résultats.

* sauf clinique des Grands Chênes.

 

Étiquettes : , , , , , , ,

De la fusion Korian Medica au monde du travail à Korian demain

L’évolution constatée ces dernières années, au contraire de servir la qualité d’abord, nous semble surtout, vue du terrain, agir sur la quantité.

Aussi sans une remise en question radicale des procédés, nous nous inquiétons à la longue des nuisances observées

  • à l’encontre du travail de proximité et au relationnel que les residants attendent

  • à l’encontre du sens même du travail et des métiers

  • et à l’encontre l’environnement de travail matériel et relationnel  

De plus, l’uniformisation de l’ensemble des établissements ne nous semble pas prendre en compte l’humain salarié ou la qualité au vrai sens du terme mais seulement répondre à des logiques économiques, à l’image des reprises des cuisines en interne par Korian.

Quant à la refonte ou « lissage » des instances représentatives du personnel telle que préparée depuis 2014, elle semble bien issue de la même veine.

Est ce ça que veulent les salarié-e-s pour leur entreprise? 

Alors que trop d’organisations syndicales représentatives aux comités d’entreprises se sont contentés ces dernières années d’accompagner gentiment sans rien dire ce type d’orientations, ou d’accompagner les départs de dizaines de salarié-e-s…ou de copiner pour leur propre compte en oubliant les intérêt urgents de bien des salariés, et en oubliant tout autant d’essayer d’améliorer leur entreprise, SUD Santé Sociaux Solidaires, compte bien vous proposer de bien meilleurs intentions pour 2016.

Pour tous les salarié-e-s du groupe Korian qui souhaitent soutenir et rejoindre le changement nécessaire que nous proposons :

  1. Vous pouvez adhérez et vous portez candidats avec nous et avec notre soutien pour les prochaines élections. Pour cela remplissez simplement le formulaire au bout de ce lien ou rendez-vous à notre antenne syndicale située dans le département de votre lieu de travail que vous trouverez sur cette carte : https://greveurschampdemars.wordpress.com/ou-nous-trouver-dans-votre-departement/

  2. Vous pouvez aussi adhérez sans vous portez candidats, (si par exemple il y a déjà dix collègues de votre établissements qui veulent être sur la liste SUD et que vous êtes arrivé en dernier)

  3. Enfin vous pouvez nous aimer sur Facebook (et aussi dans la vraie vie) et ne pas oublier de voter le jour J.

Pour les Salarié-e-s et pour la Santé, que nous a apporter la fusion?

Des profits records dont on pas vu la couleur mais des augmentations de charge de travail qui elles sont très perceptibles.

Des établissements beaucoup plus nombreux, mais en parallèle une augmentation de la dégradation des conditions de travail et des tensions managériales.

Beaucoup d’établissements avec leurs personnels ont pris l’habitude de nouveaux protocoles ou projets aussi réguliers qu’incessant, lancés de loin et souvent dans l’urgence sans tenir compte du travail et des besoins de terrain déjà nécessaires.
Profits, procédures et traçabilités, semblent ainsi et de plus en plus primer sur le service et sur le soin.
De fait, il en découle une charge de travail supplémentaire ou une diminution de la disponibilité du personnel pour le Résidant.

Le soignant n’a pas le temps de discuter avec le résidant pour qui l’aide à la toilette ou le change voudrait bien être d’avantage l’occasion d’un échange humain et relationnel un peu plus long.. Idem pour les chefs de services, les paramédicaux, les psychologues, et beaucoup d’autres, trop chargés de procédures, de protocoles et de contrôles en plus de toutes les prises en charges et de tous les indispensables au bon fonctionnement des services.

Les résidants qui observent tout ce petit monde comme les hôtes d’une colonie de fourmis, sont les premiers à constater que dans nos établissements, c’est pas souvent qu’on a le temps de se poser avec eux.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 décembre 2015 dans Elections Korian 2016

 

Étiquettes : , , , , ,

Fusion de Médi-Partenaires et Médipôle Sud Santé : Naissance du n°2 des groupes de cliniques privées

L’ébullition de la santé privée n’en finit pas. Moins de bulles mais de plus en plus grosses.

D’après Hospimedia, Médipôle Sud Santé et Médi-Partenaires ont confirmé le 28 avril une rumeur qui évoquait le rapprochement de ces deux acteurs de de la santé privée qui exploitent des cliniques. Les deux groupes fusionnent donc pour créer le deuxième groupe d’hospitalisation privée en France derrière la Générale de Santé, et détrônant au passage le groupe Vitalia.

Par ce rapprochement, le tout nouveau groupe cumulerait en 2013 un chiffre d’affaires de 830 millions d’euros.

De ce rapprochement, il faut surtout y voir les retraits de LBO France et d’Equistone, qui étaient actionnaires de Médi-Partenaires et qui revendent leurs parts. 100% du capital de Médi-Partenaires est ainsi racheté par un consortium composé de l’équipe de management, de Bridgepoint et ses « co-investisseurs », sous la houlette de Maurice Hermann. Bridgepoint avait jusqu’à présent des participations dans Médipôle et Maurice Hermann, qui devient le nouveau directeur général du groupe, est le fondateur et dirigeant de Médipôle Sud Santé.

Ce nouveau groupe représentera désormais 6 300 lits, 8 500 salariés, 60 établissements de santé, qui collaborent avec 2 600 médecins libéraux.

 

Étiquettes : , , ,

Le nouveau groupe Korian est constitué

http://lesechos.fr/redirect_article.php?id=0203381103313&fw=1

Le nouveau groupe Korian est constitué.

Par Antoine Boudet

Numéro un français grâce à sa fusion avec Medica, Korian veut imposer sa marque dans les maisons de retraite.
Le premier conseil d’administration du nouveau groupe Korian s’est réuni, hier soir, après que les assemblées générales de Medica et de Korian ont approuvé dans la journée l’opération de fusion absorption du premier par le second. Annoncée il y a tout juste quatre mois (« Les Echos » du 19 novembre 2013), elle consiste à former le numéro un français et européen des établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad), devant le français Orpea, avec un chiffre d’affaires cumulé de 2,2 milliards d’euros en 2013 et près de 600 maisons de retraite en France, Allemagne, Belgique et Italie.
Le nouveau groupe, coté à la Bourse de Paris sous le nom de Korian, compte trois actionnaires de référence : Predica à hauteur de 20 %, Batipart le holding de la famille Ruggieri (16 %) et Covea Mars (12,7 %). Il est dirigé par Jacques Bailet, président non exécutif (ex-PDG de Medica), et Yann Coleou, jusqu’ici directeur général de Korian, qui devient directeur général exécutif du nouvel ensemble.
A l’heure où le secteur est pointé du doigt sur ses pratiques commerciales dans une enquête de la DGCCRF (« Les Echos » du 18 mars 2014), le patron opérationnel du groupe affirme dans un entretien aux « Echos » qu’il veut « mettre en avant la force de la marque, garantie de la qualité des prestations de service, précisément pour ne pas être exposé à ces mauvaises pratiques » sur un marché très éclaté. Constatant qu’il n’y pas en France et en Europe « de marque reconnue en tant qu’experte des services aux personnes âgées » , Yann Coleou souhaite « capitaliser sur cette jolie marque qu’est Korian et la confiance qu’elle génère pour à la fois rassurer nos clients, attirer les meilleurs talents dans nos équipes, dialoguer avec la tutelle et communiquer avec nos actionnaires. »

Tout n’est pas réglé

Dès le 19 novembre, Yann Coleou est allé à la rencontre des dirigeants et des partenaires sociaux de Medica pour leur proposer de travailler à la fusion, afin, le jour J, d’être en position d’un « départ lancé ». Ils ont accepté, et c’est ainsi que, dès aujourd’hui,
les réseaux sont organisés et les responsables à leur place pour réussir l’intégration. Tout, cependant, n’est pas réglé : les chantiers d’harmonisation des systèmes informatiques et des régimes sociaux prendront de douze à dix-huit mois. Et il faudra inculquer, à toutes les équipes, les quatre valeurs sur lesquelles le patron de Korian fonde le projet d’entreprise : la bienveillance, la transparence, l’initiative et la responsabilité.
Le nouveau groupe a annoncé 15 millions d’euros de synergies en trois ans, un montant jugé très prudent par les analystes. De même qu’il assure ne pas vouloir faire de la productivité pour faire de la productivité, Yann Coleou indique que la fusion, fondée sur un projet de croissance, n’aura qu’un impact très faible sur l’emploi des 40.000 salariés du groupe. Korian table sur un chiffre d’affaires de 3 milliards en 2017, avec un potentiel de croissance organique qui le portera entre 2,7 et 2,8 milliards. Le solde proviendra d’acquisitions destinées à se renforcer sur ses marchés.
« Le vieillissement de la population était trop souvent perçu comme une charge, nous voulons démontrer que c’est une opportunité sur les plans économiques, par de la création de valeur, sociale, avec quelque 2.000 créations d’emplois non délocalisables par an, et sociétal, en innovant dans le domaine des services » , conclut Yann Coleou.

Par Antoine Boudet

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 mars 2014 dans Politique groupe

 

Étiquettes : , ,

Fusion Korian Medica

Dans de luxueux hôtels parisiens,c’est aujourd’hui que les actionnaires des 2 entreprises se réunissent pour approuver la fusion.

Pour les dirigeants, l’enthousiasme ne s’était pas fait attendre pour cette formidable opportunité que cette opération qui va permettre de dégager 15 millions d’euros par an d’économie et de devenir le plus gros et le plus fort de France, d’Allemagne et de Belgique.

L’enthousiasme est beaucoup moins partagé par des salariés des sièges qui vont perdre leur poste pour contribuer à cette belle économie et à la grandeur de l’entreprise.

Nous sommes bien sûr solidaires des salarié-e-s qui ne sont pas invité-e-s à petit déjeuner au Persing Hall, ni à déjeuner au Mariott, ou à assister aux célébrations d’après mariage qui devraient mettre les managers dans le bain.

Nous sommes bien sûr Solidaires et soutenant envers ceux et celles qui seront invité-e-s à partir dans la foulée des réorganisations dues au mariage.

Les quelques 40 000 autres salarié-e-s du super futur nouvel ensemble attendront la fusion qualitative de leurs conditions professionnelles. Et à leur côté, SUD compte bien y greffer d’autres valeurs que celle de la finance que nous trouvons humainement bien trop pauvre au regard des besoins.

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 mars 2014 dans Politique groupe

 

Étiquettes : , ,

L’Autorité de la concurrence donne son feu vert à la fusion Medica-Korian

Sans grande surprise pour nous, l’Autorité de la concurrence vient donc d’annoncer qu’elle autorisait la fusion des exploitants de maisons de retraite et de cliniques Medica et Korian.

Même si l’Autorité de la concurrence a constaté, à l’issue de l’opération, un chevauchement de l’activité des deux groupes en île de France et dans 35 départements, elle a précisé dans son communiqué que les parts de marché ne dépasseront pas environ 10%, et que donc « l’opération ne portera pas atteinte à la concurrence en matière d’établissements pour l’hébergement des personnes âgées dépendantes ».

La fusion-absorption de Medica par Korian, était annoncée depuis le 18 novembre 2013, avec comme objectif pour les deux groupes de permettre la création du premier acteur français du secteur avec un chiffre d’affaires de 2,2 milliards d’euros. L’opération de fusion-absorption se fera sur la base d’une parité de 10 actions Korian pour 11 actions Medica.

La nouvelle entreprise issue de cette fusion-absorption, plus grande et plus forte, devrait ainsi pouvoir bénéficier d’un « effet épinard » (en référence au personnage de Popeye).

La réalisation définitive de cette fusion reste cependant soumise à l’approbation des actionnaires de Medica et de Korian dont les assemblées générales extraordinaires se tiendront à Paris le 18 mars 2014.

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :