BTHE, Conditions de travail, témoignage

Témoignage d’un Chef Cuisinier d’EHPAD Korian

Voici le 1er témoignage que nous publions dans le cadre de notre mobilisation nationale et de la série d’articles prévus pour vous donner la parole, une fois chaque jour jusqu’au 23 juillet. Vous aussi, exprimez vous ici.

Le Chef cuisinier qui nous a adressé son témoignage, a plusieurs dizaines d’années d’expérience en maison de retraite, il a été licencié en 2017.

—–

Bonjour , d’abord bravo et merci pour tous ce que vous faites pour l’ensemble des salariés et surtout qui servira pour le bien être des résidents de chaque établissements.

J’étais chef cuisinier de l’établissement, j’ai été licencié.
Depuis notre rachat par Korian et un changement de directeur, conditions de travail , changements d’horaires incompressibles, relationnel et management sont devenus déplorables, dégradation de la qualité en restauration, produit et budget de plus en plus restreints, personnel non qualifiés, la liste et longue.
Jeune direction, faire du chiffre, et rien n’a faire des conditions de travail et du mal être, les salariés subisses, résignés, peur de perdre leur emploi, beaucoup d’arrêt de travail (énormément).

J’aimais beaucoup mon travail avant qu’on soit racheté par Korian, j’aimais faire de la bonne cuisine traditionnelle, et faire plaisir aux résidents. Aujourd’hui ce sont des fiches recettes rédigés par le prestataire (Sodexo) qu’on doit suivre a la lettre et des produits qu’on ne peu pas choisir (très mauvaise qualités) ,voila j’ai quitté cet établissement avec beaucoup de nostalgie , je pense beaucoup à mes collègues qui ont perdu comme moi le goût et le plaisir de leur travail et viennent travailler sans plaisir et la boule au ventre.

merci encore cordialement.

RduTps67 6

interviews

BTHE, Métiers

Les cuisines de Korian : de la sous-traitance à la reprise

La reprise du personnel et du service :

Auparavant sous-traités à divers prestataires qui géraient les commandes de nourriture, la préparation des repas sur place et la plonge, de nombreux EHPAD du groupe vont donc reprendre la gestion de la cuisine en interne pour ceux qui ne l’ont pas déjà.

Pour l’entreprise il s’agirait d’une étape de sa démarche qualité visant à mieux contrôler le contenu et la présentation des repas, les options et les coûts. Notons que précédemment le coût de revient était d’à peine 2 euros par déjeuner ou dîner.

Pour les établissements, ce changement induit plus de gestion de personnel en interne (plongeur-euse-s et cuisinier-e-s) et notamment plus de travail pour les responsables hebergements/gouverant-e-s, plus de gestion administrative (plannings, congés, salaires, etc) et plus de gestion de commandes et de stocks.

Pour les salariés repris, ce qui est important de savoir :
(et de transmettre à vos collègues concernés)

Pour prendre contact avec nous, en cas de problème ou pour vos questions, utilisez le formulaire : https://greveurschampdemars.wordpress.com/votre-avis/ en précisant votre métier et en détaillant le mieux possible la situation

La reprise des salariés et de leurs contrats suit les dispositions de l’article L.1224-1 du code du travail.
Pour résumé grossièrement, rien ne changerait pour vous que le nom de l’employeur et l’émetteur de votre paie.

Pour être plus précis en considérant les subtilités pratiques bon nombre d’explications s’imposent.

1) Le salarié n’a pas le choix de sa reprise ou non (sauf de rompre son contrat / démission).

2) Aucune signature de nouveau contrat ou de modification du contrat précédent n’est obligatoire pour que cette reprise soit valable et effective. A la date du transfert, votre ancien contrat est automatiquement transféré et seul votre employeur change.
Le nouvel employeur ne peut pas le refuser non plus ou sinon il devra en assumer des conséquences qui peuvent coûté très cher.

3) Si Korian-Medica vous propose un nouveau contrat pour remplacer l’ancien, vous pouvez librement l’accepter ou le refuser. Le refus du nouveau contrat n’aurait pas de conséquence sur votre reprise et toutes les avantages du précédent contrat seraient donc maintenus.

Si vous accepter le nouveau contrat, un délai de réflexion suffisant doit vous être laissé. Vous ne devez pas être obliger ou contraint de l’accepter mais libre de votre choix.

En clair, vous n’auriez aucun intérêt à signer un nouveau contrat qui vous retirait des avantages que vous aviez. Comparez bien ancien et nouveau contrat. Si un nouveau contrat prétend vous apporter de meilleurs avantages que le précédents, lisez bien TOUT ce qui est écrit car c’est uniquement ça qui vaut et non les belles paroles, et parce qu’1 seul + peut cacher plusieurs .
Des modifications contractuelles qui toucheraient aux salaires, à l’ancienneté, etc ou aux avantages contractuels concrets ne pourraient pas vous être imposé, seules des changement de conditions de travail mineurs (nouvelle tenue, horaires, etc) peuvent devenir obligatoire.

4) Au delà du papier, le changement d’employeur induit aussi la possibilité de nouvelles directives, tâches ou missions. Et c’est là qu’une grande vigilance s’impose dés lors qu’il peut y avoir dans le temps de vrais gros changements pour vos organisations et conditions de travail.

Pour la suite tenez vous/nous informés, et pour connaitre les droits en vigueur de votre future nouvelle convention collective ajouter le lien ci-dessous à vos favoris : https://greveurschampdemars.wordpress.com/2014/03/31/table-des-matieres-et-lexique-de-la-convention-collective-du-18-avril-2002/

Quelques salaires minimum conventionnels (équivalent temps plein 35h) utiles à connaitre pour tout nouveau personnel de cuisine (pour les anciens votre salaire est conservé) :

– Agent de service hotelier (ASH) : Coef 208 – 1 457,52 euros mensuel brut (alignement SMIC depuis le 1/01/2015)
– Aide cuisinier(e) : Coef 211 – 1472,78 euros brut mensuel
– Cuisinier(e) titulaire d’un Titre professionnel inscrit au RNCP ou validé par la CPNE : Coef 214 – 1493,72 euros brut mensuel.
– Chef de cuisine : Agent de Maitrise, Coef 295 – 2059,10 euros brut mensuel.

Ces salaires minimum augmenteront de 1% à chaque nouvelle année d’ancienneté acquise dans l’établissement ou le groupe, et de 0,5% pour toute année déjà travaillée pour un autre employeur de la santé (hôpital, clinique, ehpad, ..)

bon appétit !